Les Français veulent une ville plus facile d’accès

C’est le principal enseignement de la dernière édition du baromètre Ma vie dans ma Ville réalisée par ClearChannel – Iligo pour France Urbaine en septembre 2018.

 

Transport : peut mieux faire

 

Si 85% des Français ont accès à une offre de transports en commun, ils ne sont que 7 Français sur 10 à juger faciles les déplacements dans leur ville. Pire, ils ne sont que 1 sur 2 à considérer que ces dernières années, l’accessibilité du centre- ville a été améliorée, ou qu’il est facile de stationner en ville (42% dans les agglomérations de moins de 100 000 habitants hors Ile-de-France et 39% dans les agglomérations de 50 à 100 000 habitants).

Ils sont 43% à souhaiter davantage de parkings et 29% à demander des parkings relais pour encourager l’utilisation des transports en commun. Sachant que 41% des Français attendent une baisse des prix et une amélioration de l’offre de transports en commun.

 

 

3 Français sur 4 apprécient l’aménagement de leur quartier

 

Ils sont ainsi majoritaires à considérer que leur ville fait les bons choix en matière d’urbanisme et d’aménagement, ou qu’il existe un bon équilibre entre habitat et commerces.

Ils sont 76% à estimer qu’il y a de nombreux espaces verts dans leur ville. Ce chiffre descend à 66% pour les Parisiens, ce qui est peu surprenant pour la ville la plus dense d’Europe. En effet, quand Londres, Berlin, Lisbonne, Madrid oscillent toutes autour des 5 000 habitants par km2, Paris dépasse les 21 000, voire atteint les 42 000 habitants par km2 dans le XI ème arrondissement.

Visiblement, cela ne leur suffit pas, puisque 72% des Français habitant dans des agglomérations de 50 à 100 000 habitants souhaitent d’avantage d’espaces verts (76% en banlieue parisienne).

Dans le même esprit, ils sont environ 1 sur 3 à vouloir plus d’espace piétons. Et dans les mêmes proportions, davantage de commerces.

 

 

1 Français sur 2 est satisfait de la gestion budgétaire de la ville

 

C’est-à-dire qu’ils considèrent que leurs impôts sont utilisés à bon escient pour le développement de leur ville.

Ce chiffre est quasi identique quelle que soit la taille de l’agglomération habitée, à l’exception des Parisiens (46%).

A noter, qu’ils ne sont que 15% à ne pas être satisfait.