Les Franciliens veulent plus de transport, de sécurité et de nature en ville

Contrairement aux préjugés, “calme”, “agréable”, “tranquille” sont les mots utilisés spontanément par les Franciliens pour décrire leur cadre de vie, lors de l’enquête menée par Harris Interactive pour Grand Paris Aménagement en décembre dernier.

Ils sont d’ailleurs 8 sur 10 à se déclarer attachés à cet endroit, même s’ils le trouvent cher (à 72%). Cependant les Franciliens exprimant le plus un jugement positif à l’égard de leur lieu de vie sont aussi ceux qui disposent des plus hauts revenus. Au final, un Francilien sur 3 admet que leur lieu de vie a été déterminé en grande partie par des contraintes, notamment financière.

Autre préjugé à oublier, ils sont majoritaires à considérer que leur lieu de vie est adapté aux familles (87%), aux enfants (82%) et même aux personnes âgées (71%). Seul l’accessibilité des personnes handicapées est relevée inadaptée par un Francilien sur 2.

Cette description plutôt réjouissante ne doit pas cacher de véritables demandes. Ils souhaitent :

– que les services notamment de transports soient plus rapides (77%).

Idéalement, il faudrait que les transports publics garantissent d’être 100% à l’heure. Et les Franciliens souhaitent une offre de mobilité globale : un forfait unique valable à la fois dans les transports en commun, dans les véhicules autonomes, en autopartage,

– qu’il y ait plus de sécurité (76%)

– qu’il y ait plus de place pour la nature (76%). Idéalement pour la culture agricole en ville par exemple. Ils sont d’ailleurs 72% à souhaiter pouvoir se faire livrer de produits alimentaires provenant de la région uniquement.

– qu’il y ait plus de convivialité entre les gens (70%) : ils proposent d’intégrer dans chaque immeuble un espace commun dont la fonction pourrait être choisie par ses habitants ou de pouvoir utiliser à proximité un espace à usage multi-sportif ou convivial.