Maires et administrés : une relation paradoxale

Le groupe Les Républicains au Sénat a fait réaliser par l’IFOP une étude auprès de 609 maires de la France entière en décembre dernier.

Il en ressort que 87% des maires estiment qu’aujourd’hui il est difficile d’exercer leur fonction. Même s’ils sont encore un sur deux à partager une certaine motivation pour leur fonction, ils sont 22% à ressentir de la lassitude voire 17% de la colère.

La principale raison de leur satisfaction à l’égard de l’exercice du mandat reste la réalisation des projets pour leurs communes.

Ils vivent une relation paradoxale avec leurs administrés

Alors qu’ils disent ressentir de la satisfaction dans leurs rencontres avec les administrés, le niveau d’exigence plus élevé de ces derniers par rapport à l’action municipale ou aux services municipaux est la principale difficulté dans l’exécution de leur fonction.

De manière générale, il existe de vraies différences entre les attentes perçues par les maires et les attentes réelles des Français. Alors que les maires considèrent que l’école (66%) et l’aménagement des routes (56%) sont les sujets sur lesquels leurs administrés souhaitent voir la municipalité agir de manière prioritaire, les Français les attendent avant tout sur la délinquance (65%) l’emploi et le développement économique (63%).

Au final, ils ne sont que 42% à avoir l’intention de solliciter un nouveau mandat. Alors même que 58% des Français souhaitent voir leur maire se représenter aux prochaines élections municipales de 2020

Source : IFOP pour le groupe Républicains du Sénat / Janvier 2019