Quelle évolution des modes de gestion des services publics

Villes de France et l’Institut de Gestion Déléguée viennent de publier l’Atlas des modes de gestion des services publics locaux.

Il cartographie les différents modes de gestion (régie directe, gestion déléguée ou gestion combinée) utilisés par les collectivités locales pour leurs services publics et présente leurs évolutions de 2013 à 2019. 

On peut y voir ainsi par exemple que Nice et sa métropole ont doublé le nombre de leurs services gérés en régie entre 2013 à 2019 passant de 4 à 8, alors que dans le même temps les services délégués sont tombés de 6 à 1.

L’exhaustivité du travail effectué permet de montrer cependant qu’il n’y a ni règle préétablie, ni effet de municipalisation des services, ni de préférence d’un mode de gestion en fonction de l’appartenance partisane des exécutifs locaux. Ces derniers agissent plutôt avec pragmatisme en fonction notamment de :

– l’héritage local et les moyens techniques et financiers disponibles,

– l’évolution de l’environnement du service (technique, juridique): par exemple, les villes se sont appuyées sur les entreprises lors de la dépénalisation du stationnement.

– la fusion des EPIC et l’élargissement des périmètres qui ont nécessité un temps de “digestion”.

 

Cet atlas constitue un formidable outil de prospection pour les entreprises délégataires de services publics pour adapter localement leur stratégie de conquête commerciale, car comme le prouve l’atlas, chaque territoire est différent.

https://atlas.fondation-igd.org/