“Urbs et civitas” ou comment recentrer la politique de la ville sur la personne

Dans notre contexte français, les coeurs de ville jouent à la fois le rôle d’urbs et de civitas : un lieu certes matériel, composé de structures bâties, organisées selon des logiques complémentaires, mais surtout, un potentiel de relations libres et harmonieuses entre des gens profondément différents : c’est la volonté de vivre ensemble “qui fait société”, pour reprendre la formule de Jacques Donzelot. C’est cette même volonté de vivre ensemble qui doit aussi faire la ville.

Si “l’air de la ville rend libre”, selon Hegel, c’est parce qu’elle représente pour celui qui choisit d’y vivre, une source de progrès, une chance de reconnaissance ou de promotion sociale. Il est rare qu’on habite dans un coeur de ville sans en avoir fait le choix mûrement réfléchi. Et ce n’est pas parce qu’on réside dans des espaces périurbains qu’on ne garde pas avec le coeur de sa ville un lien affectif intime, un sentiment d’identification fort, d’ailleurs reconnu unanimement aujourd’hui comme un phénomène très positif. 

C’est pourquoi il apparaît indispensable de considérer le coeur de ville non comme un système exclusif qui pourrait se suffire à lui-même, mais comme un lieu d’expérience qui marchent, et doivent rayonner dans l’ensemble des sa zone urbaine.

Un coeur, c’est un organe qui attire et qui redistribue, c’est diastole et systole. Un coeur de ville n’est rien sans les espaces et les personnes qui vivent et s’organisent autour de lui, car ils lui sont nécessaires pour son dynamisme et sa survie : opposer de manière arbitraire, souvent par habitude, les coeurs de ville et les banlieues repose sur une sorte de fatalisme désabusé, pas sur une réalité concrète. 

 

Dans notre société de plus en plus dominée par les flux des déplacements, où les lieux s’estompent et se banalisent, le centre-ville apparaît comme la seule opportunité de recréer l’expérience urbaine. 

Pacte des villes pour vivre tous ensemble, François Rivière – février 2008 – La Documentation Française